Aller au contenu principal
/// Portail d'information sur l'univers du vélo à assistance électrique ///

Le vélo, mine d’or électorale

Lors des dernières élections municipales, chamboulées par la crise du Coronavirus, le vélo sest massivement invité dans le programme des candidat.e.s. avec une multiplication des "plans vélos". Le développement des infrastructures cyclables est devenu un enjeu majeur et un sujet politique qui a sûrement contribué à la victoire de nombreux candidats écologistes.

Le second tour des élections municipales dimanche 28 juin a été marqué, outre un taux dabstention record, par ce qui a été qualifié par les médias de « vague verte » avec le triomphe d’élu.e.s écologistes dans de nombreuses villes françaises comme Marseille, Poitiers, Annecy, Tours ou encore Besançon. Cependant, les victoires qui ont particulièrement marquées cette journée du 28 juin furent les victoires des écologistes à Lyon, Bordeaux et Strasbourg. Coup de projecteur sur les propositions des nouveaux maires de ces villes pour la mobilité cycliste.

Strasbourg, capitale française du vélo

Avec près de 16% des déplacements effectués à vélo, Strasbourg est la capitale incontestée du vélo en France et précurseur en matière de politique cyclable. Jeanne Barseighan, juriste polyglotte fraîchement élue dimanche, veut aller encore plus loin et doubler la part du vélo dans les déplacements dici la fin de son mandat. Pour ce faire, la maire qui veut faire de Strasbourg une ville « zéro carbone » compte proposer une prime pour les habitants qui abandonnent leur voiture. Dans les propositions de sa liste figure également lobjectif de créer 15 km de pistes cyclables par an et dautoroutes cyclables.

Bordeaux, les jeunes à vélo

Si Bordeaux a déjà bien entamé sa transition vers une ville cyclable et que tous les candidat.e.s aux élections 2020 se sont positionnés favorablement sur la question du vélo, le plus ambitieux en terme de politique cyclable est Pierre Hurmic, élu dimanche. Cet avocat de 65 ans et conseiller municipal dopposition depuis 25 ans soutenu par plusieurs mouvements de gauche souhaite mettre en place un véritable plan Marshall pour les modes doux, piétons et vélos. Pour faire changer les mentalités, Hurmis mise sur les jeunes: outre le financement des transports en commun pour des jeunes précaires, il préconise la gratuité des vélos en libre-service pour ceux entre 14 et 25 ans, soit environ 150 000 personnes selon lINSEE.

Lyon: des efforts en vue

Si Lyon est encore un peu à la traîne sur ses voisins de lHexagone, elle rattrape petit à petit son retard en la matière. Grégory Doucet, ancien cadre humanitaire, veut accélérer cette démarche en rendant la ville 100% cyclable. A cette fin il prévoit notamment la mise en place dun Réseau Vélo express comme à Paris, la création de vélorues où les cyclistes et piétons sont prioritaires et linstallation de remontes-vélos sur les collines de la ville.

Paris à l'heure de pointe
Paris, piste cyclable à l'heure de pointe. Photo : Rémi M.

Quid de Paris ?

Anne Hidalgo, réélue maire dimanche, avait déjà commencé sa petite révolution cyclable avec un plan vélo 2015-2020 doté dun budget de 150 millions deuros, qui a notamment permis la création dune autoroute vélo qui dessert le centre de la capitale jusquaux portes de la ville. Si de nombreuses associations cyclistes jugent que le plan ne fut pas entièrement réalisé, Anne Hildago ne compte pas baisser les bras pendant son second mandat et souhaite pérenniser certains arrangements mis en place pendant le confinement et ajouter 400 km de pistes cyclables en créant un réseau vélopolitain qui sappuierait sur la suppression de 60 000 places de stationnement de voitures.

 

Toutes ces propositions laissent présupposer un bel avenir à la petite reine. Cependant les 6 prochaines années montreront quels maires réussiront à imposer le vélo comme moteur de la mobilité urbaine. Ils peuvent compter sur une forte mobilsation citoyenne et associative. La commission citoyenne pour le climat a dailleurs formulé lobjectif dinciter à utiliser des moyens de transports doux ou partagés, notamment le vélo, le vélo electrique, le covoiturage (). Dans leurs propositions sur la mobilité, ils proposent un système de prêt de vélos basés sur le modèle du prêt de livres scolaires pour inciter les jeunes dès le plus jeune âge.

Si le vélo électrique ne figure pas au coeur des propositions, certaines communes vallonnées se saisissent de cette opportunité, comme Carolles, bourgade de 700 résidents à lannée en Normandie. Miloud Mansour, maire sans étiquette élu dès le premier tour, propose un plan vélo en créant de nouveaux espaces qui pourraient être traversés à vélo à assistance électrique.

Affaire (politique) à suivre. Alors, en attendant, aux vélos citoyens ! Formez les pelotons ! Cyclons, cyclons ..!